adse

Le secret des sondages


Les sondages sont devenus incontournables dans les campagnes électorales. Pourtant, ils se trompent souvent : victoire du Brexit, de Donald Trump ou de François Fillon aux primaires de la droite, trois événements majeurs que les instituts n’ont pas su prévoir. Quelle confiance peut-on accorder aux sondages ? Pendant plusieurs mois, une équipe d’"Envoyé spécial" a enquêté dans les cuisines des sondeurs. Elle a découvert des méthodes contestables : des sondés rémunérés qui n’hésitent pas à mentir, des questions biaisées, des chiffres manipulés.
Quels sont les secrets de fabrication des sondages ? Comment sont-ils conçus ? Jusqu’où influencent-ils les électeurs et les candidats eux-mêmes ? Mettent-ils en danger notre démocratie ? Révélations sur les secrets des oracles de la politique.

Le Voyage Alchimique - Bruxelles La Grand'Place


Sur les chemins de la Pierre Philosophale
De Bruxelles à Saint-Jacques de Compostelle

Pour la première fois, Patrick Burensteinas, un alchimiste qui est aussi un scientifique explique le sens du Grand Oeuvre et les techniques qui mènent à la Pierre Philosophale. Les étapes de son travail au laboratoire reproduisent les 7 étapes d'un voyage initiatique.

Une découverte qui nous concerne tous.
Pendant près de deux mille ans, l'alchimie a profondément marqué notre pensée, qu'elle soit scientifique, culturelle ou philosophique.

Etape 1 : Bruxelles la Grand Place
Sur les façades richement décorées de la Grand'Place, les alchimistes ont laissé des messages énigmatiques. Patrick Burensteinas les déchiffre pour nous : les trois phases du Grand Œuvre, les trois Principes et enfin le but de l'alchimie : il est à la fois matériel et spirituel. Cette Place, au cœur de l'Europe est le point de départ de notre voyage alchimique qui se superpose aux chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Bruxelles est la première étape de notre voyage. Une introduction au monde extraordinaire de l'alchimie. Après avoir précisé et illustré dans son laboratoire ce qu'était l'esprit de la démarche alchimique, Patrick Burensteinas nous emmène sur la Grand'Place de Bruxelles : "La plus belle place d'Europe" selon Victor Hugo. En effet, dans le foisonnement des motifs baroques qui ornent les façades, de nombreuses figures se rapportent à l'alchimie.

Elles reprennent les illustrations des traités d'alchimie des 16ème et 17ème siècles : l'Aurora Consurgens, le "Splendor Solis", le "Mutus Liber" ou encore le "Musée Hermétique"... La Grand'Place est une invitation à explorer les secrets de l'alchimie, comme si les alchimistes de l'époque avaient voulu transmettre leur savoir à ceux qui se donneraient la peine de l'étudier, car ces images gravées sur les façades semblent bien énigmatiques... Patrick Burensteinas les décrypte pour nous.

La Grand'Place nous montre les bases de l'alchimie: les trois Oeuvres, l'Oeuvre au Noir, l'Oeuvre au Blanc, l'Oeuvre au Rouge, les trois grands Principes, Sel, Soufre et Mercure, et le sens du travail que fait l'alchimiste sur la matière qui consiste à la purifier, à l'alléger, à l'"ouvrir", pour mieux la recomposer... Mais avant de se mettre au travail dans son laboratoire, l'alchimiste doit savoir regarder et comprendre la nature. Il doit développer sa sensibilité aux plus infimes mouvements du monde. Les arts lui seront des aides précieuses. La Grand'Place affirme cette présence des arts par de nombreux emblèmes : la musique, la peinture, la mythologie, l'art des mots et des jeux de mots...

Elle donne enfin quelques leçons de Sagesse. L'alchimiste ne se définit-il pas lui-même comme un "artiste" et un "philosophe"? Pour se former à cette perception du monde, un grand voyage initiatique est souvent utile au futur alchimiste : celui que nous allons entreprendre. La Grand'Place appelle à ce voyage. Elle est un des points de départ traditionnels du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, destination mythique pour les chrétiens, mais aussi pour les alchimistes. Elle met leur périple sous la protection de Saint-Michel, qui domine l'hôtel de ville de Bruxelles.

En terrassant le dragon, Saint-Michel représente en effet un aspect essentiel de la quête de l'alchimiste dont nous découvrirons toutes les implications à chaque étape de notre voyage. Avant de prendre avec nous la route de Saint-Jacques, Patrick Burensteinas évoque ce rôle du dragon, gardien des énergies de la terre et du "feu secret".

7 films de 52 minutes, 7 lieux prestigieux qui nous parlent des secrets de l'alchimie (la suite disponible en 2009)...
1- La Grand'Place de Bruxelles - Les principes de l'alchimie
2- Chartres - La philosophie de l'œuvre
3- Le Mont Saint-Michel - Le feu d'en bas et le feu d'en haut
4- Rocamadour - Les énergies de la nature
5- Saint-Jacques de Compostelle - La matière première
6- Paris - Nicolas Flamel et les techniques de l'alchimie
7- Notre-Dame de Paris - Comment réaliser la pierre philosophale

Le Voyage Alchimique - Chartres



La philosophie de l'Oeuvre
Etape 2 : Chartres
En parcourant la cathédrale, les apprentis alchimistes ressentaient la portée du travail alchimique. L'ancienneté du site, les vierges noires, l'architecture, les vitraux, et le célèbre labyrinthe sont autant d'éléments qui peuvent amener à comprendre la dimension cosmique et énergétique du travail de l'alchimiste. La cathédrale serait alors une illustration de la Table d'Emeraude, attribuée au dieu égyptien Hermès Trismégiste, la "bible" des alchimistes.

Sur la Grand'Place de Bruxelles, nous avons découvert l'univers de l'alchimie. Il s'est alors présenté à nous sous la forme de symboles et d'étranges figures gravés sur les façades de la place. Notre voyage nous conduit maintenant jusqu'à Chartres où c'est à une perception plus intérieure de l'alchimie que la cathédrale nous invite.

Ce célèbre monument peut être lu de multiples façons : religieuses, esthétiques, techniques, historiques... Pour leur part, les alchimistes ont découvert dans la cathédrale tout un parcours initiatique qui est pour eux une sorte de préparation au Grand Oeuvre. Cette déambulation est le reflet d'une démarche philosophique, mais suscite aussi des sensations physiques qui font que la cathédrale est ressentie comme un véritable instrument de musique. Elle pourrait nous amener jusqu'à percevoir les vibrations de la Terre et de l'Univers.

Patrick Burensteinas nous offre ses compétences de scientifique et d'alchimiste pour nous faire comprendre toutes les implications de cet itinéraire. Il nous fait entrer dans la cathédrale par la porte du nord, "le portail des alchimistes", et nous fait toucher la "pierre de décharge" qui nous met en accord avec le monument. Alors peuvent résonner en nous les deux Vierges Noires, les couleurs de vitraux, les formes architecturales et bien entendu les cercles du fameux labyrinthe qui est l'aboutissement de ce périple.

La cathédrale est perçue comme un navire hors du temps qui navigue entre la Terre et le Ciel, animée des diverses influences spirituelles qui la traversent. Elle réunit les cultures, les philosophies, les religions et les traditions les plus anciennes. Les alchimistes, dont la recherche échappe à tout système, trouvent à Chartres le lieu qui élève leur pensée et affine leur sensibilité, deux conditions nécessaires à la poursuite du Grand Oeuvre.

Chartres est donc une étape indispensable pour pouvoir être réceptifs aux expériences extraordinaires que nous promettent les différents lieux que notre voyage alchimique nous fera rencontrer, à commencer par le Mont Saint-Michel, notre troisième étape et le sujet de notre troisième vidéo.

Le Voyage Alchimique - Le Mont Saint-Michel


Le feu d'en bas et le feu d'en haut
Etape 3 : Le Mont Saint-Michel
Le feu d'en-bas et le feu d'en-haut. Le Mont Saint-Michel unit la terre et le ciel, ce qui est la base de la Table d'Emeraude. L'apprenti alchimiste part de Notre-Dame sous terre, où il découvre le sens du "vitriol" alchimique, puis il s'élève vers un univers de plus en plus lumineux, jusqu'à l'église abbatiale qui surplombe la baie. D'innombrables oiseaux lui suggèrent d'apprendre la langue des alchimistes, la langue des oiseaux... Le Mont relie l'architecture et la nature...

Sur la Grand'Place de Bruxelles, nous avons découvert qu'il existait une symbolique alchimique précise. En visitant la cathédrale de Chartres, nous avons pris conscience qu'il existait des forces énergétiques qui venaient de la Terre et d'autres du Ciel, et nous avons commencé à les ressentir grâce à la structure de la cathédrale. Le Grand Oeuvre alchimique passe par la réunion de ces deux énergies, celle du Haut et celle du Bas.

Notre voyage alchimique nous conduit maintenant au Mont saint-Michel.
Que va-t-il nous faire découvrir?

Le lieu est célèbre. Tout le monde le connaît, au moins de nom. Mais, sous la conduite de l'alchimiste Patrick Burensteinas, nous allons le visiter d'une façon particulière, de façon à pouvoir comprendre la force et la logique de ce lieu extraordinaire.

Nous commençons par Notre-dame sous-Terre, ce qui épouse la chronologie du monument puisque cette chapelle aujourd'hui souterraine était la chapelle chrétienne primitive du Mont Saint-Michel. Pour un alchimiste, ce lieu fait percevoir ce qu'est le fameux "vitriol" des alchimistes. Cette formule, attribuée au moine Basile Valentin, nous invite "à visiter l'intérieur de la terre", et c'est ce que nous faisons dans cette chapelle...

Puis nous allons nous élever à l'intérieur du Mont, comme si nous cheminions de la Terre jusqu'au Ciel... Ce parcours dans les diverses salles de l'abbaye est une sorte de voyage initiatique. Chaque salle nous apporte une sonorité particulière, comme une vibration de la matière et de l'architecture de plus en plus subtile et de plus en plus lumineuse. Le film nous donne l'impression de passer à travers le Mont, comme si l'abbaye se dématérialisait peu à peu devant nos pas... L'organisation architecturale du Mont Saint-Michel reflète la démarche de l'alchimiste qui va libérer l'esprit enfermé dans la matière...
Nous découvrirons d'ailleurs que les recherches des moines, dont ils ont laissé le témoignage dans leurs manuscrits, sont bien proches de celles des alchimistes....

Le Mont Saint-Michel nous invite à regarder le monde comme une sorte de théâtre. Il nous appelle à voir au-delà des apparences.
Sa situation, sa structure même, son histoire et sa dimension onirique attirent les archétypes, les mythes et les légendes. Le Mont Saint-Michel est un lieu où la réalité devient conte, opéra, poésie et littérature... Le Mont Saint-Michel est une frontière. Si nous la traversons, nous entrons dans une autre "réalité".
Aussi découvrirons-nous, au terme de notre périple, face à la baie et à ses innombrables oiseaux, la fameuse langue secrète des alchimistes, la "langue des oiseaux" dont Patrick Burensteinas nous délivrera quelques rudiments: une langue aérienne, évidemment, une langue poétique, où nous "passons à travers les mots", de la même manière que nous sommes passés à travers les pierres et les constructions du Mont Saint-Michel.

Cette étrange visite aura transformé notre perception du monde. Nous serons prêts, désormais, à goûter l'essence même de la Nature, cette Nature sur laquelle et avec laquelle travaille l'alchimiste. Ce sera à Rocamadour, notre quatrième étape.

Le Voyage Alchimique - Rocamadour



Les énergies de la nature
Etape 4 : Rocamadour
A Rocamadour, on retrouve Saint Michel. Il a planté dans un rocher l'épée qu'avait Roland à Roncevaux. Comme cette épée, l'alchimiste doit percer les secrets de la nature. Une porte s'offre à lui et le fait entrer dans la vallée de l'Alzou. Un vrai décor de conte de fées. De vieux moulins semblent habités par les " élémentaux ", ces génies de l'air, de l'eau, du feu et la terre, des forces subtiles qui aideront l'alchimiste dans son travail de la matière première.

La quatrième étape de notre Voyage Alchimique est une étape essentielle.
Sur la Grand'Place de Bruxelles, nous avons découvert de nombreux symboles et principes alchimiques. A Chartres et au Mont Saint-Michel, nous avons vécu la puissance de l'architecture. Elle était capable de nous faire deviner d'autres dimensions de notre monde.

Maintenant, à Rocamadour, c'est le monde lui-même, c'est-à-dire la Nature, qui va s'offrir à nous. La situation très étrange de ce haut-lieu, qui s'appelait autrefois " le val Ténébreux ", nous met d'abord en condition pour nous ouvrir les portes de la vallée de l'Alzou, que surplombe Rocamadour. Une vallée où la nature a gardé tous ses pouvoirs et tous ses droits. En nous enfonçant dans les profondeurs de la vallée en compagnie de Patrick Burensteinas, nous allons peu à peu ressentir la présence mystérieuse et subtile des " élémentaux ", c'est-à-dire les " esprits " des éléments : les traditions les appellent " gnômes " pour la terre, " sylphes " pour l'air, " ondines " pour l'eau et " salamandres " pour le feu. Ces entités apporteront une aide précieuse et indispensable à l'alchimiste. Elles lui permettront de s'unir à la nature pour travailler sa " matière première ", une matière qui justement lui est donnée par la nature...

Ce dialogue de l'alchimiste avec les forces naturelles que nous découvrons à Rocamadour ne se fait pas avec le " mental " et le conscient. Il fait appel aux archétypes et à l'imaginaire universel. Toutes les mythologies ont mentionné ces " esprits " de la nature et l'alchimie s'inscrit dans cette pensée aussi ancienne que le monde. Pour avoir son efficacité, l'alchimie doit puiser dans les forces qui sont dans notre inconscient et dont la plupart des contes des fées de notre enfance se font l'écho...

A Rocamadour, nous sommes entrés dans un univers poétique et extraordinaire. Il va nous amener jusqu'à penser l'origine même du monde. La quête de l'alchimiste s'affirme désormais comme une quête métaphysique. C'est pourquoi, après avoir parcouru la vallée de l'Alzou, nous sommes prêts à entreprendre notre cinquième étape, Saint-Jacques de Compostelle, où nous trouverons enfin le secret de la " matière première " de l'alchimiste en Occident.

Le Voyage Alchimique - Saint-Jacques de Compostelle


La matière première
Etape 5 : Saint-Jacques de Compostelle
L'alchimie donne un sens particulier au pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Faire le chemin, c'est se dépouiller. Ce que fait l'alchimiste qui doit à la fois purifier sa matière et sa pensée. Arrivé à Compostelle, il découvre que ce n'est pas le véritable but de son voyage, mais la côte de la Galice, la " côte de la mort ". Là, il comprend ce qu'est la matière première, la base du Grand Oeuvre. Alors il peut revenir chez lui pour commencer le travail de laboratoire.

Le Voyage Alchimique - Paris et Nicolas Flamel


Nicolas Flamel et les techniques de l'alchimie
Etape 6 : Paris
L'alchimiste revoit la cathédrale de Chartres, mais avec d'autres yeux. Il peut y lire des indications techniques. A Paris, l'exemple de Nicolas Flamel, qui était aussi allé à Compostelle, lui donne d'autres clefs, qu'il vérifie au laboratoire. Les décorations de certaines églises les complètent. Si les alchimistes ont pu glisser des messages techniques dans les images pieuses, ne serait-ce pas qu'alchimie et religions participent d'une même connaissance ?

Le premier volet de notre grand Voyage Alchimique nous a conduits jusqu'à la "fin de la terre", bien après Saint Jacques de Compostelle, au bout de la Galice et au bord de l'océan. Là, nous avons découvert ce qu'est la "matière première" des alchimistes occidentaux, l'antimoine. Maintenant, nous pouvons nous mettre au travail du laboratoire et tenter de réaliser la fameuse Pierre Philosophale. Il nous manque cependant des informations pratiques sur les opérations nécessaires. Nous allons les découvrir dans le deuxième temps du Voyage Alchimique.

Cette sixième étape va nous offrir des renseignements très précis les modes opératoires des alchimistes. Elle est un véritable document de travail.

Le Voyage Alchimique - Notre-Dame de Paris



Etape 7 : Notre-Dame de Paris
Le message alchimique le plus complet est inscrit au coeur de Paris, sur Notre-Dame. Sous une apparence religieuse, les médaillons du porche central, montrent toutes les phases de l'Oeuvre. Depuis longtemps, les alchimistes avaient remarqué cette double signification. Notre voyage se termine donc par la lecture de ces médaillons et leur illustration au laboratoire. On perçoit ainsi le sens ultime de la recherche des alchimistes.

Voici donc la fin du Voyage Alchimique, notre dernière et septième étape, Notre-Dame de Paris. Depuis des siècles, et bien avant les années 1920 avec Fulcanelli, les alchimistes ont pensé que les petites sculptures qui entourent le porche central de la cathédrale racontaient le déroulement du Grand Oeuvre : Esprit Gobineau de Montluisant au XVIIème siècle, François Cambriel au XIXème, Victor Hugo avec Claude Frollo, l'archidiacre alchimiste de son roman "Notre-Dame de Paris", Viollet-le-Duc qui sculpte un alchimiste sur une des tours de la cathédrale, ont soupçonné la dimension alchimique du monument. Mais il a fallu attendre le XXème siècle avec Fulcanelli et son livre célèbre "Le Mystère des cathédrales" pour voir enfin mis en lumière le message hermétique de Notre-Dame de Paris.

Toutankhamon, la Chambre Secrète


La découverte de la tombe du jeune Toutankhamon en 1922 dans la Vallée des Rois a connu un retentissement sans précédent. Le nombre et la valeur des pièces contenues dans son tombeau ont émerveillé les archéologues, tout en les plongeant dans des abîmes de perplexité. La chambre mortuaire est de taille modeste pour un pharaon et les objets semblent y avoir été entreposés à la hâte. Certains éléments semblent même avoir été fabriqués pour une femme. Plusieurs théories s'affrontent et certains égyptologues affirment même que Toutankhamon repose dans la sépulture destinée à sa belle-mère, la célèbre reine Néfertiti.